Patrick Chaboud

Un parcours hors-norme

Présentation

patrick5Patrick Chaboud est un comédien d’origine française né le 7 mai 1951 à Lyon, Bruxellois d’adoption depuis 1978, auteur, créateur, directeur artistique et metteur en scène de la troupe du Magic Land Théâtre.

Il crée la compagnie en 1975, à l’origine troupe de théâtre de rue itinérante. En 1978, Patrick Chaboud et sa troupe passent par la capitale belge, pour une escale temporaire qui dure depuis 28 ans. En 1994, la compagnie ouvre le lieu théâtral qui porte son nom, tout en poursuivant ses activités extérieures.

Artiste infatigable, il est aussi dessinateur, auteur et scénariste de fictions pour la télévision et le cinéma. Il est également le créateur et l’animateur de la marionnette Malvira avec laquelle il participe à de nombreuses émissions de la Radio-Télévision Belge Francophone (RTBF) d’abord Lollipop (en compagnie de Philippe Geluck), puis Nouba nouba, les Allumés.be et Ma télé bien aimée.

Spécialiste de l’organisation et de la mise en scène de grands évènements populaires et des arts de la rue. Il participe à de nombreux évènements et animations comme comédien avec les Brigades du Gag ou directeur artistique comme pour la Zinneke Parade.

Il coécrit et met en scène également les spectacles d’autres comédiens comme Virginie Hocq et Sandra Zidani.

Vous êtes à la recherche d’un texte pour votre compagnie ?

Vous avez envie d’un bon spectacle à présenter…?

Si vous ne connaissez pas Patrick Chaboud et le travail de la compagnie du Magic Land Theatre, c’est le moment…

Interview

patrick3
Patrick Chaboud, on vous connait surtout comme l’auteur et le metteur en scène du Magic Land théâtre. Toutes vos créations ont été jouées exclusivement dans le cadre de votre compagnie jusqu’à aujourd’hui alors pourquoi avez-vous décidé subitement d’opérer un changement ?

Ce n’est pas si subit, c’est en fait le résultat d’une réflexion qui a muri lentement. J’avais déjà eu à plusieurs reprises des demandes de compagnies auxquelles je n’avais pas donné suite plus par oubli d’ailleurs que par manque d’intérêt, mais le déclic est venu récemment suite à quelques rencontres que j’ai eues avec des comédiens appartenant à des compagnies de théâtre amateur. Je n’avais pas réalisé à quel point il était difficile pour beaucoup d’entre eux de monter des auteurs vivants.

Logo Magic LandVous voulez dire financièrement

Non pas seulement, mais plutôt à cause de nombreux obstacles imposés par certains auteurs, les uns souhaitant réserver leurs créations à des artistes de renom, d’autres exigeant effectivement le paiement d’un droit d’utilisation en plus des droits d’auteurs incontournables, mais il y a aussi un autre facteur que je n’avais pas imaginé et qui concerne l’importance de la distribution.

Trop de comédiens impliqués ?

Non exactement le contraire. Lorsqu’on un auteur professionnel s’attèle à l’écriture d’un spectacle il a souvent tendance à réduire ses ambitions pour ne pas surcharger une distribution qui deviendrait trop couteuse au moment de produire le spectacle. À l’inverse les compagnies de théâtre amateur comptent la plupart du temps de nombreux comédiens bénévoles et elles sont donc à la recherche de spectacles utilisant un maximum de comédiens puisqu’elles ne sont pas freinées par le coût salarial. Or il est très difficile actuellement de trouver des pièces faisant appel à de nombreux comédiens et c’est une des raisons pour lesquelles on retrouve souvent les mêmes spectacles dans leur répertoire.

Il est vrai que pour ceux qui ne vous connaissent pas, vous avez toujours eu de très grosses distributions dans la plupart de vos spectacles. Vous pensez donc répondre à cette attente

Oui tout à fait. De plus et toujours pour des raisons financières, même si nous avons pour chaque création entre 9 et 11 intervenants, plusieurs des rôles doivent être joués par les mêmes comédiens. Or si l’on ne tient pas compte de l’aspect production du spectacle et que l’on redonne un rôle par comédien on arrive là à une distribution impressionnante.

Est-ce que cela veut dire que vous avez dû réécrire les spectacles avant de les »mettre sur le marché » pour reprendre une de vos expressions.patrick4

Tout à fait et pour plusieurs raisons. Comme vous le disiez nous avons toujours eu une énorme distribution dans chaque spectacle, mais, et cela ne simplifiait pas les choses, j’ai toujours voulu en tant que metteur en scène faire éclater l’espace scénique et monter des spectacles à plusieurs niveaux. Je me suis donc attelé à une réécriture adaptable sur des scènes plus conventionnelles

Des scènes à l’italienne

Oui c’est çà en privilégiant un décor unique et en abandonnant, en adaptant ou en réécrivant certaines scènes.

Rassurez-moi, j’espère que ces adaptations n’ont rien perdu de la folie douce qui a fait le succès du « Magic land »

Bien sûr que non, du moins je l’espère, j’ai même trouvé un réel plaisir dans la réécriture de certains de ces spectacles. Pour être tout à fait précis, je propose en réalité les deux versions de certaines créations ce qui permettra aux metteurs en scène intéressés soit d’adapter le spectacle dans sa version originale ce qui nécessitera un lieu polyvalent soit une version « remasterisée » n’ayant rien perdu de sa saveur, mais pour une scène »classique »

Alors vous vous décidez à rentrer dans le répertoire comme Molière ?

Si vous voulez, avec malgré tout toute la modestie qui convient. Disons que c’est un nouveau challenge et je suis vraiment curieux de voir ce que d’autres comédiens feront de spectacles que je n’ai vu jouer jusqu’à aujourd’hui que par ceux de ma troupe.

Vous nous avez habitués à de grandes sagas et à des fresques historiques burlesques or depuis quelque temps vous semblez vous ouvrir aussi à des créations plus « contemporaines » comme la surprise du chef, encore un virage ?

Si vouflyers-sans-date-pour-web-e1410521113808s entendez par là que je serais en voie d’abandonner ce qui a fait le succès du Magic Land je vous rassure. J’ai toujours privilégié les contextes historiques ne serait-ce que pour le plaisir des yeux, la richesse des décors et des costumes. Je ne suis pas sûr d’être tout à fait un mec de mon temps d’ailleurs, même si le langage d’aujourd’hui heureusement ne m’est pas étranger. Mais j’avais aussi envie de m’essayer à une écriture plus nerveuse, plus d « aujourd’hui » à des problématiques que tout le monde rencontre et dans lesquelles les gens se reconnaissent.

Si j’ai bien compris « Mamy fout le Bronx », que vous créez cette saison se situe dans cette lignée

Exactement, une réunion de famille comme nous en avons tous connu qui commence bien et qui peu à peu tourne au pugilat et au drame.

Pour conclure et pour être concrets comme doivent procéder un metteur en scène ou une compagnie qui serait désireux de monter du « Patrick Chaboud »

Rien de plus simple, un de mes amis travaille à la création d un site internet ou seront reprises toutes les infos nécessaires. Je ne mettrais pas d’exclusive sauf bien sûr si le front national me demandait le droit de monter le spectacle, ce qui ne risque guère d’arriver heureusement.

Pourquoi réserver vos spectacles aux seules troupes amateurs ?patrick2

Ce n’est pas ce que j’ai dit, mais je n’ai peut-être pas été assez clair. Je vous ai parlé du déclic qui m’avait donné l’envie de « mettre mes spectacles sur le marché » comme vous dites, mais il est clair que si des compagnies professionnelles sont intéressées c’est avec un grand honneur que j’accepterais de leur livrer mes textes.

Vous n’avez jamais envisagé d’écrire carrément pour d’autres compagnies des textes que vous n’avez jamais monté.

Mais je l’ai déjà fait et j’ai surtout beaucoup coécrit. Je vous l’ai dit j’adore les challenges et même si mon cheval de bataille est et reste l’humour je me crois tout à fait capable d’écrire un véritable drame, peut être sous un faux nom c’est vrai, mais pourquoi pas. Durant ma longue pratique en matière de créations d’évènements, j’ai été amené à concevoir de nombreux scénarios que je n’aurais jamais conçus dans la cadre de la compagnie. Et puis comme le disait justement Molière «  c’est la commande qui fait le génie »

 

Back To Top